Tactiques de moucheur pour l’ouverture N°1

Réussir à prendre des truite à la mouche dès l’ouverture nécessite de bien choisir son secteur de pêche et d’être pragmatique ! Voici une approche qui peut être mise en application en début de saison.

Le choix du secteur de pêche :

Un moucheur agoraphobe devra choisir un itinéraire bis le jour J ! Entre les coins de pêche très populaires par leur accessibilité, leur réputation et/ou la présence de truites de lâcher, le nombre de “spots de pêche” peut vite se réduire. Ce n’est pas une surprise, l’ouverture de la pêche à la truite en 1ère catégorie est un rendez-vous très attendu par des milliers de pêcheurs. Chacun prépare bien à l’avance cet événement halieutique. Ainsi, des milliers de kilomètres de rivières salmonicoles sont pris d’assaut le temps de quelques jours. Ainsi, cuillers, vairons, ver de terre, leurres souples, poissons nageurs et mouches artificielles sont au menu des poissons. D’ailleurs, les truites auront elles l’appétit ? Les rivières sont plus ou moins en ordre en début de saison. Il est important d’orienter son choix en fonction des conditions climatiques et hydrologiques.

Bref, choisissez un secteur de pêche qui présente des faciès variés. Il y aura forcément un poste plus propice qu’un autre à un moment de la journée. Mettez toutes les chances de votre coté et trouvez un poste qui convient à votre technique favorite.

Un matériel bien préparé :

Vos boîtes à mouches sont prêtes et les modèles pour l’ouverture y sont présents en bon nombre ! Prévoyez 4-5 mouches par modèle : une pour la 1ère branche derrière vous, une pour une casse sur un ferrage mal dosé et une pour un copain mal réveillé qui a oublié sa boite et vous verrez vite la fin de la série. Pour les modèles de mouches, il y a quelques incontournables dont plusieurs sont à retrouver dans la rubrique montage et sur d’autres médias. Veillez à bien organiser votre gilet ou votre chest-pack sans oublier votre pince et votre collecteur de fil de pêche usagé. Enfin, prévoyez une canne plutôt polyvalente (9′ soie 5 à 10′ soie 4) et votre moulinet fétiche avec une soie bien entretenue et un bas de ligne bien connecté ! Bref ne soyez pas pris au dépourvu et ne vous enfermez pas dans une seule technique.

Souvenir de la première truite fario de la saison 2020 sur la Vis

Soyez “fair play” et en règle :

Qui dit grande fréquentation des rivière dit savoir être. Les rivières sont des lieux que l’on partage avec d’autres usagers et d’autres pêcheurs. Les riverains aiment que l’on leur souhaite le bonjour, que l’on respecte les propriétés et clotures. Les autres pêcheurs apprécient être salués, on peut même leur indiquer où l’on vient/va pêcher. Et oui il y a toujours des “grincheux” et autres “lanceurs à tout va” mais il faut savoir composer. Une autre forme de fair play, le respect de la réglementation de pêche, des réserves et autres parcours spécialisés. N’oubliez pas votre carte de pêche à la maison en cas de contrôle.

Profitez des retrouvailles :

Le premier coup de ligne de l’année est un instant que l’on a attendu, préparé longuement alors ne soyez pas gloutons, savourer cet instant. La quête des premières truites prises à la mouche est un jeu de patience et d’observation en début de saison. D’ailleurs, il vaut souvent mieux une ou deux belles actions de pêche couronnées de succès qu’une multitude de lancers infructueux. Au risque de voir partir un poisson posté en bordure, soyez discret, observez la nature et les premiers insectes aquatiques qui émergent. Avec un peu de chance vous aurez pris quelques truites avant de partager un bon casse croute avec des amis en attendant les gobages.

Bonne ouverture !

Florian Caravéo

1 réflexion sur “Tactiques de moucheur pour l’ouverture N°1”

  1. JP Buttigieg

    Conseils éclairés comme d’hab Flo,c’est un plaisir de te lire et de t’écouter . Les “two cents de JP”.L’autre jour j’étais avec un client…je lui ai fait remarquer la présence de deux bergeronnettes grises et lui ai expliqué leur manège…dans les cinq minutes qui suivirent trois poissons se sont mis à gober…ça n’arrive pas toujours mais un bon indicateur quand même surtout au printemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *